Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 15:59

                                Anne LAHAYE

 

 

 

Les Femmes de l’ombre

 

 

 

Comme un papillon

que la liberté appelle devant la vitre,

mon coeur se heurte,

ô recherche insensée,

aux insondables souterrains de l'oubli

où toutes ces Femmes sont ensevelies.

 

A l'ombre des convenances et des Grands Hommes,

héroïnes ou artistes, épouses ou amantes

ont tissé les fils éthérés de l'Histoire ;

filles ou soeurs, amies ou mères

ont tricoté la trame du lendemain,

en s'y égarant, transparentes, imperceptibles.

 

Secrètement, la fibre de leurs oeuvres

se brode de motifs douloureux,

marques élégantes d'abnégation

jusqu'à leur vaporeuse dissolution.

 

Ô recherches vaines...

Les lignes des parchemins restent sibyllines,

les reliquaires étrangement vides.

 

Alors, en mémoire,

laissez-moi vous bâtir une cathédrale

dans cet immense nuage blanc.


Sa nef, toute en prismes de lumières

abrite un bel ange blond qui ouvrira,

pour vous, Femmes de l’ombre,

le ciel aux souvenirs prisonniers.

 

Et leurs ailes de vitraux colorés

se déploieront sur le monde

en un éclair de vérité.

 

 

Sarment d’Or

Au 15ème Printemps des Poètes de Sartrouville

2013

 

 


 

SOUVIENS-TOI...

  

de ce moment délicieux,

sous le ciel de notre Provence.

La ruine pierreuse, pigeonnier crevé,

perdue dans les vignes alourdies,

ressemblait à notre rêve inachevé.

Le figuier symbolique nous tendait,

en aumône, ses fruits d’améthyste

parfumés de paradis sucré.

Le jus des mûres barbouillait

nos rires en coloriant nos baisers,

nos confidences toutes en miel de lavande.

Le thym-citron et la menthe poivrée

déclinaient, en joyeuses farandoles,

les senteurs enivrantes de l’été.

Les oiseaux rassemblés

attendaient le départ d’un nouveau voyage,

nous criaient au revoir, agitant leurs regrets.

Côte à côte, nous les regardions s’envoler

leur souhaitant bonne chance,

promettant de les attendre,

sur le chemin des prochaines vacances.

Main dans la main, nous les regardions

disparaître peu à peu dans l’azur satiné.

Souviens-toi... de cet instant sublime,

saveur d’un souvenir enchanté.

Souviens-toi... de cet instant précieux

du bonheur d’une vie à jamais partagée.

Anne LAHAYE

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by AixHorizon
commenter cet article

commentaires