Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 15:53

Edith TOULON-MERON 

 

 

 

 

 

                                   PARTAGE

 

 

Ecrire à son propos c’est toujours répéter

Ses formes de lumière, ses ombres et sa beauté,

Redire dans le soir, et chanter au matin

Le clair de ses sentiers, l’espoir de ses chemins,

C’est aller vers sommet, vers une croix promise,

Quand pointe le soleil, lorsque l’aurore irise

Les contreforts jolis que la nature fit,

Lançant au promeneur plus qu’un simple défi,

C’est livrer pour gagner , là-haut, une bataille,

Le temps d’un souvenir, sans qu’aucun ne s’en raille,

C’est rêver, fatigué, et sur pierre assoupi,

Plus aux anges gardiens qu’au sommeil sur bon lit,

C’est vivre et respirer l’air de toute la terre,

Régner sur toute mer effaçant les frontières,

C’est être provençal, et savoir partager,

Afin que nul ne soit, sur son sol, étranger.

 

 

 

 

                                   PLENITUDE

 

Si proche de Cézanne, qui s’en vint l’adopter

Pour l’afficher, mouvante, au fronton des musées,

Si proche et si distante, qu’il dut, près de cent fois,

Reprendre ses contours pour se rendre à ses lois,

Si proche de l’élu qu’elle s’en vient, bleutée,

Se confondre en sa brume aux  fiers matins d’été,

Si proche et si lointaine qu’on pourrait concevoir

Qu’elle hésite, parfois, à se nourrir du noir

Des murs d’une carrière, où l’on a pu la voir

Projetée, malmenée par les accrocs de pierre,

Mais souffrant, avant tout, d’absence de lumière,

Si proche des regards qui, sur elle, se posent,

Qu’on la sent vivre en soi, même paupières closes,

Si proche que l’envie d’aller vers ses sommets

Nous prend, encor, le corps, même le temps passé,

Si proche que l’on peut, contemplant son mystère,

Frôler, un peu, son cœur, comme étoile qu’on serre,

Si proche et si petit que l’on voudrait grandir

Pour toucher à sa croix en se sentant mourir.

 

 

 

 

 

                  PUISQUE JE VOUS AIME  …

 

Signalez-moi tous vos passages,

Crayonnez-moi sur tous vos murs,

Etonnez-moi par vos images,

Régalez-moi de vos œufs durs.

 

Riez de moi dans vos miracles,

Récitez-moi dans vos chansons,

Parlez de moi dans vos oracles,

Gardez-moi dans vos illusions.

 

Rappelez-moi à chaque page,

Conservez-moi à corps perdu,

Tirez sur moi dans vos mirages

Appelez-moi, le cœur à nu.

 

Chassez-moi de vos jours trop roses,

Réservez-moi pour les mauvais

Arrachez-moi, faites une pause,

Abreuvez-moi de vos regrets,

 

Mais, de grâce, ne m’oubliez pas …

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by AixHorizon
commenter cet article

commentaires