Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 16:04

Sonnet régulier

 

Voix océanes

 

 

Sous les nuages noirs, l’eau s’enfle et se déchire

Dans le creux des remous arrachés par le vent.

Zeus, en Maître des flots, pour ce ballet mouvant,

Se pare des atours indécents du vampire.

 

Comme un fauve exalté lorsque la proie expire ;

Par dessus l’horizon, au miroir du Levant,

Eole s’époumone en chevalier servant,

Quand la vague au ressac se cabre et se retire.

 

Les Goélands du large en vols majestueux,

Sur les bords incertains du gouffre impétueux,

Glissent dans le fracas  des voix de l’Atlantique.

 

Dans ce tableau parfait que l’écho seul trahit,

Le souffle de la vie aborde le mystique ;

- Le chant de l’océan me berce et m’envahit.

 

 

Henri Bernard Abran

 

 


 


Les goémoniers de Bretagne.

 Giflés par les embruns déferlant du grand large
Des hommes du pays, glaneurs de Goémon,
Semblaient naître du vent revenu d'un autre âge
Dans les pas des chevaux sur les abers bretons.


Sous le fardeau poisseux de la moisson marine
Par les matins d'hiver au bord de l'océan,
Au jusant, on voyait l'ombre de leurs échines,
Se mêler aux reflets de l'horizon mouvant.


Qu'êtes vous devenus paysans de la grève ?
Perdus dans les remous de la modernité
L'empreinte de vos mains dans ce jour qui s'achève
Se mêle en filigrane à l'irréalité.


Qui se souvient de vous dans ce monde virtuel
Mis à part quelques vieux au déclin de leur vie,
La mémoire s'en va sur le flot perpétuel
Et, dans vos cabanons, la table est desservie.

Certains soirs, quand la vague au rivage se meurt,

Bercé par le ressac, on devine un écho

Que le flux enfanté par le silence et l’heure

Fait aux goémoniers sur l’image des eaux.


Henri Bernard Abran

lespoetesdefrance@sfr.fr

En vers contemporains selon le « Le nouveau traité de versification contemporaine » du même auteur.


Partager cet article

Repost 0
Published by AixHorizon
commenter cet article

commentaires